pie-mère


pie-mère

pie-mère [ pimɛr ] n. f.
XIIIe; lat. médiév. pia mater « pieuse mère »
Anat. La plus profonde des méninges, mince et transparente, qui enveloppe directement le cerveau et la moelle épinière. Les pies-mères crânienne, rachidienne.

pie-mère, pies-mères nom féminin (latin médiéval pia mater) Feuillet le plus interne des méninges, très fin. (Il est collé au cerveau et à la moelle épinière, s'invaginant dans tous les sillons. Il est séparé de l'arachnoïde par l'espace sous-arachnoïdien.)

pie-mère
n. f. ANAT La plus interne des méninges, en contact avec la masse cérébrospinale. Des pies-mères.

⇒PIE-MÈRE, subst. fém.
ANAT. ,,Mince lame de tissu conjonctif lâche et transparent qui recouvre toute la surface externe du névraxe (...) on distingue la pie-mère rachidienne et la pie-mère crânienne. Syn. membrane nourricière des centres nerveux`` (Méd. Biol. t.3 1972). Ses vaisseaux, divisés à l'infini, d'abord dans ses anfractuosités, puis sur la pie-mère, ne pénètrent sa substance que par des ramifications presque capillaires (BICHAT, Rech. physiol. vie et mort, 1822, p.286). V. arachnoïde ex. 1 et 3 et infra rem. ex.
REM. Pie-mérien, -ienne, adj. Qui appartient, relatif à la pie-mère. (Ds Lar. encyclop., Lexis 1975). La tuberculose de la pie-mère (...) résulte de l'arrivée d'un grand nombre de bacilles tuberculeux dans les vaisseaux pie-mériens (CALMETTE, Infection bacill. et tubercul., 1920, p.164).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694 et 1718: pie-mere; dep. 1740: pie-mère. Plur. des pies-mères. Étymol. et Hist. XIIIes. pie mere (Trad. de la Chirurgie de Roger de Salerne, éd. P. Meyer ds Romania t.32, p.92). Empr. au lat. médiév. mater pia «id.» ca 1210 ds LATHAM, v. aussi DU CANGE, s.v. mater3 qui renvoie à Constantin l'Africain (XIes.), prob. calque de l'ar. (BRUNO MIGLIORINI ds Archivio glottologico italiano, t.32, p. 121 qui renvoie à HYRTL, Onomatologia anatomica, 1880, s.v. Dura, pia mater, pp.194-195). Fréq. abs. littér.:21.

pie-mère [pimɛʀ] n. f.
ÉTYM. 1314; pieue mere, XIIIe; lat. médiéval pia mater « pieuse mère », cette membrane enveloppant le cerveau comme une mère son enfant. → Dure-mère.
Anat. La plus profonde des méninges, membrane qui enveloppe immédiatement l'axe encéphalo-médullaire (cerveau et moelle épinière). || Pie-mère crânienne; pie-mère rachidienne.REM. On a dit aussi méninge piale, membrane nourricière, méninge molle, méninge vasculaire.

Encyclopédie Universelle. 2012.